Wonder Wheel, le cercle vicieux d’une famille

Wonder Wheel, le cercle vicieux d’une famille

Woody Allen le pessimiste

Une femme allongée sur un lit devant une fenêtre derrière laquelle on voit la grande roue : Wonder Wheel

Coney Island

Wonder Wheel, le dernier Woody Allen sorti le 31 janvier 2018, nous en a mis pleins la vue. Le film se déroule à Coney Island, un parc que Allen a toujours énormément aimé. Depuis tout petit, ce dernier porte une grande tendresse envers ce lieu.

On suit l’histoire de 4 personnages, chacun avec des personnalités qui leurs sont propres. On a tout d’abord Ginny, très bien interprétée par Kate Winslet, une ex-actrice lunatique qui s’est reconvertie en serveuse. Ensuite, Humpty, joué par James Belushi, le mari de Ginny et opérateur de manège. Il y aussi Mickey incarné par Justin Timberlake, la voix-off narratrice, mais c’est surtout un séduisant maître-nageur, étudiant qui aspire à devenir dramaturge. Enfin, on a Carolina, la fille de Humpty jouée par Juno Temple. Elle est mariée à un mafieux qui la recherche afin de la tuer, de là, elle va partir se cacher à Coney Island, chez son père, à qui elle n’avait pas parlé depuis plus de 5 ans.

Pourquoi « Wonder Wheel » ?

« Wonder Wheel » signifiant « roue magique » a été choisi comme titre car l’attraction portant ce même nom est constamment visible depuis l’appartement familial. On peut aussi y trouver une grande métaphore sur la vie des personnages. Ces derniers sont coincés dans un cercle vicieux.

Woody Allen a confié : « Il est sans doute vrai qu’on peut voir un métaphore de la vie dans n’importe quel manège d’un parc d’attractions. Soit on est à bord de la grande roue qui tourne encore et encore, inexorablement, au même rythme que le temps qui passe sans but, soit on est sr un manège en train de chercher à décrocher le pompon qu’on ne réussira pas à attraper, soit on est sur les montagnes russes. Le point de vue qu’offre la grande roue est magnifique mais on ne va nul part. C’est un lieu un peu romantique et beau aussi mais, en fin de compte, assez futile. »

La fameuse misanthropie de Allen

On retrouve comme très souvent dans ses films sa très connues misanthropie. En effet, on parle de la femme et de ses problèmes, mais dans le sens où le réalisateur souhaite que l’on ressente de la compassion. Il traite aussi de l’homme et toutes ses débauches.

Les femmes

Ginny s’est mariée avec Humpty par dépit. Ils avaient à l’époque besoin tout les deux de soutien. Effectivement Humpty venait de perdre sa femme et sa fille, Ginny son premier mari et sa carrière d’actrice à cause d’une infidélité de sa part. Elle vit sa vie en ne cessant de ressasser le passé. Néanmoins, elle rencontre Mickey avec qui elle vit une aventure et de qui elle tombe amoureuse. On a donc une fois de plus infidélité de sa part. Allen tente de nous faire aimer cette femme, mais son caractère lunatique et sa possessivité m’a plutôt fait ressentir de l’aversion.

Carolina a épousé un mafieux à 20 ans. Elle a arrêté l’école pour partir avec lui. Son époux lui a donné au début une vie de reine. Elle avait tout : les vacances, les hôtels de luxe, les casinos et l’amour. Elle était éperdument amoureuse de cette homme, au point de l’épouser contre l’avis de ses parents et de couper les ponts avec son père.

Mais les choses se sont gâtées. Son mari est devenu violent et la menaçait. Elle est donc partie, mais la police l’a retrouvée et l’a menacée de prison si elle ne disait pas ce qu’elle savait. Alors elle a parlé, mais cela lui a valu un prix sur sa tête. De là, elle est partie se réfugier chez son père croyant que son mari ne penserait pas à aller la chercher là-bas. Ce dernier savait que son géniteur et elle étaient en froid. On la voit tenter de reprendre une nouvelle vie. Elle commence à travailler en tant que serveuse avec Ginny, son père lui paie des cours du soir. On a de la compassion pour cette jeune femme. On veut l’aider et la protéger.

Les hommes

La vie n’a pas gâté Humpty non plus. Lorsque sa fille a coupé les ponts avec lui pour épouser un homme qu’il détestait, sa femme est décédée. De là, il s’est plongé dans l’alcool. Par la suite, il a rencontré Ginny qui l’a aidé à remonter la pente. On veut le détester, mais j’ai plus ressenti de la pitié pour lui.

Mickey est un jeune garçon qui vit au départ une aventure avec Ginny, mais après avoir croisé Carolina, il tombe follement amoureux d’elle et parle d’un coup de foudre. Alors oui, on va me dire que c’est magnifique et beau. Mais j’ai détesté qu’il fasse tomber Ginny qui était amoureuse de lui, qu’il se donne corps et âme à elle et qu’il la jette comme une serpillère.

Richie m’a énormément fait de peine, j’ai eu envie de le prendre dans mes bras pendant toute la durée du film. Cet enfant pyromane tente de se faire remarquer tout en fuyant le domicile familial et la réalité. Il ne va pas à l’école, il ne reste jamais chez lui et va au cinéma. Sa pyromanie n’est dû qu’au fait qu’il est délaissé par ses parents, son milieu n’est que cris, lamentations et pleurs. Alors logique qu’il mette le feu à tout ce qu’il trouve le pauvre enfant. De plus, l’arrivée de Carolina l’a certainement encore plus bouleversé puisque toute l’attention était principalement portée sur elle.

Conclusion

Ce film regroupe tout Woody Allen : l’amour, la trahison, la misanthropie et le pessimisme. J’ai vraiment été ravie de le regarder. Les jeux d’acteurs étaient époustouflants. Mais ce que j’ai le plus retenu de ce film, ce sont les couleurs. Elles étaient omniprésentes et faisaient une grande partie du travail de transmission des émotions.Enfin bref, un film à voir, comme tous les Woody Allen.

Vous souhaitez acheter ce film en DVD ou Bluray ? N’hésitez pas à passer par nos liens Amazon !

Notre note : 3.5 out of 5 stars (3,5 / 5)

Qu'avez-vous pensé de notre article ?
Envoi
User Review
4.43 (7 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *